O? habiter ?

L'immobilier francilien au 1er trimestre 2008

Marché immobilier en Ile-de-France : coup de froid sur les ventes, coup de frein sur les prix

 


Les notaires de Paris-Ile-de-France ont présenté l'évolution (volume et prix) du marché immobilier francilien pour le 1er trimestre 2008. Le ralentissement d'activité constaté en 2007 dans la région Ile-de-France, s'est confirmé au 1er trimestre de cette année. Dans le même temps, les prix qui avaient connu en 2007 un ralentissement de leur progression, sont entrés dans une période de pause voire de légère baisse à l'exception de Paris.

 

Stabilisation voire baisse du prix des logements

 

En effet, s'ils ont poursuivi, au 1er trimestre 2008, leur progression dans le Val-de-Marne (+0,3% contre -0,3%à la même période de 2007), dans les Yvelines (+1,5%contre +1,2%) et dans l’Essonne (+0,6% contre +0,2%), les prix des appartements anciens ont, selon les indices Notaires-INSEE, ralenti leur course à Paris (+1,1% contre +2% un an plus tôt), en Seine-et-Marne (+0,6% contre +0,8%) et ont baissé dans les Hauts-de-Seine (-0,7% contre +2,1%), en Seine-Saint-Denis (-0,1% contre +2,3%) et dans le Val-d’Oise (-1,0% contre +2,3%).

 

Sur les douze derniers mois, le ralentissement de la hausse des prix est généralisé en Ile-de-France, exception faite de Paris. Il en est ainsi dans les Hauts-de-Seine (+4,8% entre avril 2007 et mars 2008, à 4 600 euros/m2 contre +8,2% pour la même période), en Seine-Saint-Denis (+4,8% à 2 940 euros/m2 contre +9,3%), dans le Val-de-Marne (+6% à 3 800 euros/m2 contre +6,4%), en Seine-et-Marne (+3,9% à 2 720 euros/m2 contre +7,3%), dans les Yvelines (+4,6% à 3 650 euros/m2 contre +8,7%), dans l’Essonne (+3,7% à 2 740 euros/m2 contre +5,8%) et dans le Vald’Oise (+3,5% à 2 770 euros/m2 contre +8,7%). Dans la capitale, les prix ont progressé de 9,4%, à 6 430 euros/m2, contre 8,8% un an plus tôt, évoluant de +6,1% dans le 12e arrondissement à +13% dans le 9e. Plus de la moitié des arrondissements de Paris continue de connaître des hausses supérieures à 10% l'an, dont le 6e arrondissement qui flirte avec les 10 000 euros/m2.

 

Le ralentissement d’activité, constaté l’an dernier en Ile-de-France, s’est confirmé au 1er trimestre 2008 : le marché immobilier a enregistré une baisse de 7,9% des ventes, tous biens confondus, par rapport au 1er trimestre 2007. Dans le même temps, les prix, qui avaient connu en 2007, trimestre après trimestre, un ralentissement de leur progression, sont entrés dans une période de pause voire de légère baisse, à l’exception de quelques poches de résistance observées dans certains arrondissements de la capitale.

Après un cycle de forte activité d’une dizaine d’années, le marché immobilier francilien, à l’instar du marché national, marque désormais le pas, en attendant que l’offre de produits proposés à la vente s’adapte aux capacités financières de la demande et que la politique de restriction du crédit aujourd'hui pratiquée par les banques soit assouplie.

 

Baisse du nombre des ventes de logements

 

Le volume des ventes de logements, neufs et anciens, appartements, maisons et chambres de service, est passé, du 1er trimestre 2007 au 1er trimestre 2008, de 44 228 à 40 315 transactions en Ile-de-France, soit une baisse de 8,8%. Le secteur du logement ancien, qui représente près de 90% des ventes de logements en Ile-de-France, est à l’origine de cette baisse d'activité qui affecte le marché des appartements (-13,6% à Paris, -9,8% en Petite Couronne et -6,3% en Grande Couronne) comme celui des maisons individuelles

(-10,2%en Petite Couronne et -10,8%en Grande Couronne).

 

Dossier de presse Chambre des Notaires de Paris Seine Saint Denis Val de Marne